Advertisement

La série de tests aux rayons X des masques d’apnée et de chasse sous-marine est ouverte par le test Salvimar Noah .

Déjà analysé en profondeur par AP dans le service de présentation de la gamme de masques Salvimar 2016 , le Noah est le tout nouveau modèle phare de la société Casarza Ligure, lancé cette année et déjà très populaire, avec un excellent succès commercial début 2016.

Bref

Noah est fait avec le détail de construction de cadre collé à la jupe , solution techniquement plus complexe, qui offre un avantage considérable par rapport à la réduction du volume interne du masque, pour réduire la nécessité de compenser l’air interne, et l’approche des verres aux yeux, avec un effet notable d’amélioration de la champ de vision . Avec un beau design, très compact grâce à cette solution technique, Noah est disponible en 3 couleurs différentes, entièrement noir, noir avec cadre vert et vert avec cadre noir.

Prix en ligne

Pour voir le meilleur prix trouvé en ligne par AP cliquez ici .

Essai en mer

Testé en mer à différentes profondeurs, le Noah s’est immédiatement montré très confortable sur le visage, même après plusieurs heures de pêche, grâce aussi à un silicone plutôt doux, mais pas de manière extrême. Au bout de 4 heures de pêche, le visage montre quelques signes limités du masque. En outre, le étanche , bien que cela dépende ensuite des face à face, c’était pratiquement un sans faute.

Le volume interne réduit permet de compenser très peu le masque : en moyenne une seule fois pour descendre à 15 mètres et une seconde fois jusqu’à 20 mètres.

Champ de vision impressionnant , impensable avec un masque à emboîtement classique. La monture interne collée permet, en effet, à la fois de rapprocher les lentilles des yeux, et d’éliminer toute la monture générée par la monture externe, qui couvrirait environ un millimètre tout autour de la lentille. En pratique, le Noah n’a pas d’angles morts dans la vue dans toutes les directions, où le bord du masque n’est que légèrement visible en regardant de haut en bas à droite et à gauche, mais avec des effets presque négligeables sur la visibilité.

Excellente sangle souple qui, grâce à la forme large, permet d’insérer l’embout buccal entre les deux bandes derrière la tête, une position utile pour éviter les vibrations (gênantes et bruyantes) de l’embout lui-même, particulièrement importantes lors de la phase de descente. Le choix de l’embout buccal , doux et confortable, est important, ce qui, dans la version courte conçue pour rendre la respiration moins fatigante et pour éliminer le volume mort dans le tube, est inconfortable par mer agitée, car l’eau des vagues a tendance à pénétrer dans le tube. Dans ce cas, il est préférable de choisir la version plus longue.

Mesure du volume interne

Après le test en mer, AP a effectué une mesure scientifique du volume interne du masque, un test qui sera répété de manière similaire pour les autres masques Salvimar, et ceux d’autres entreprises importantes.

Pour effectuer la mesure, la tête en polystyrène d’un mannequin a été utilisée, qui est donc considérée comme une forme standard. Cela dit, il faut garder à l’esprit que les valeurs qui ont ensuite été calculées sont relatives à cette forme, et donc non valables dans l’absolu et légèrement différentes d’une tête à l’autre. Cependant, les valeurs relatives entre masque et masque seront importantes : si le volume interne ainsi calculé sur un masque sera inférieur à celui sur un second masque, on pourra dire avec une bonne précision que le premier masque a un volume interne inférieur à la seconde par une certaine valeur, même si vous avez utilisé différents visages de personnes réelles.

En procédant à la mesure, le Noah a ensuite été placé sur le visage du mannequin, en resserrant considérablement la sangle arrière, afin que le masque puisse adhérer le plus possible. À ce stade, après avoir bien scellé la partie inférieure du masque avec du ruban isolant, pour aider à l’étanchéité qui n’est pas la meilleure sur le polystyrène, un tube en caoutchouc transparent a été inséré dans la partie supérieure du masque, à l’intérieur de la lèvre qui passe sur le front. A l’aide d’une seringue graduée de 60 ml, de l’eau a commencé à être injectée dans le masque. Après les 60 premiers ml, la seringue a été remplie de 60 ml supplémentaires et l’injection a continué. Le processus s’est arrêté lorsque l’eau a atteint le bord de la lèvre supérieure, où le tube en caoutchouc a été inséré. A ce stade, la quantité d’eau injectée a été calculée en retirant la quantité d’eau en ml restant dans la seringue de 120 ml (deux seringues complètes).

A l’issue des mesures, répétées deux fois, le volume interne du Noah obtenu par mesure avec un mannequin standard était égal à 94 ml , une valeur incroyablement basse, même en comparaison avec une série de masques concurrents, qu’AP a déjà examinés et qui sera publié dans les prochaines semaines. La valeur indiquée place le Noah au premier rang des masques examinés à ce jour par AP.

Essai de visibilité

Afin de vérifier, conformément à la « mission » AP, toutes les données des essais en mer également par des vérifications scientifiques, nous avons procédé à l’analyse de la visibilité du Noah grâce à une solution innovante d’analyse du champ visuel. À l’aide d’un deuxième mannequin en polystyrène, un évidement a été créé latéralement, au niveau du visage, pour positionner un GO-PRO, où l’objectif de la caméra a été ajusté à la hauteur de l’œil gauche du mannequin. Elle a ensuite habillé le Noé sur le visage du mannequin, en serrant à nouveau très fort les boucles, afin d’avoir les verres du masque le plus près possible du visage.

Une fois la position de l’objectif de la caméra par rapport à l’objectif du masque bien définie, la tête du mannequin a été positionnée devant une cible de tir à l’arc. La position du mannequin, et donc la distance des lentilles du masque par rapport à la cible, a été fixée en collant le mannequin au point d’appui avec du ruban adhésif double face. De cette façon, les tests de tous les écrans se sont déroulés avec les mêmes paramètres. La cible a été graduée avec des indicateurs de score progressifs du centre, égal à zéro, à l’extrême extérieur égal à 100. Puis quelques clichés ont été pris qui ont ainsi immortalisé le champ de vision cadré par la caméra, et donc ce que verrait le chasseur sous-marin.

Cependant, pour permettre le cadrage de l’ensemble du cadre de la lentille du masque, la caméra devait être reculée d’environ 5 mm par rapport aux yeux du mannequin. Cela signifie que les images prises ne montrent pas exactement le champ de vision du masque, mais un champ légèrement plus étroit. Là aussi, comme pour les volumes intérieurs, il y aura un discours relatif, où le masque qui aura le plus grand champ de vision sera celui qui, même en réalité, aura cette valeur la plus élevée.

Champ de vision du Salvimar Noah

Une fois la prise de vue effectuée, le champ de vision a été mesuré dans les directions des 4 points cardinaux et des 4 points intermédiaires : Nord, Nord-Est, Est, Sud-Est, Sud, Sud-Ouest, Ouest et Nord-Ouest. Le Noah, également par rapport aux autres masques analysés par AP, s’est avéré être celui avec le deuxième meilleur champ de vision, entre autres très uniforme, sans aucun point faible dans les 8 directions examinées. Les résultats chiffrés obtenus, et à comparer avec les prochains textes que publiera AP, sont :

Nord : 70, Nord-Est : 75, Est : 50, Sud-Est : 55, Sud : 70, Sud-Ouest : 60, Ouest : 65, Nord-Ouest : 85, pour une note globale de 530.

Votes finaux

Le Noah résulte du test comme un produit incroyable, pour l’innovation et pour le volume interne et la visibilité . Rien ne semble manquer, et le tableau des votes le confirme. Vous pourrez lire sous peu s’il existe des offres sur le marché qui correspondent au nouveau masque Salvimar, voire à de meilleures.

Advertisement