Advertisement

Tiziana Martinelli, un sourire fascinant et une passion incroyable, mais dans l’ensemble, de grandes capacités de chasse sous-marine. Elle est l’une des athlètes italiennes les plus fortes. Membre de l’équipe nationale italienne, Tiziana a terminé cinquième au classement général et meilleure des femmes italiennes lors du dernier championnat du monde de chasse sous – marine à Arbatax . Elle a été pénalisée par une mauvaise première journée de compétition, sinon elle aurait pu viser le podium, finalement complètement conquise par l’ équipe espagnole extrêmement forte .

Changement de parrain

Après de nombreuses années chez Polosub , l’un des fabricants de combinaisons sur mesure les plus connus au niveau international, Tiziana vient de rejoindre Sigalsub. Également italienne, avec une conception et une production Made in Italy, Sigalsub se concentre sur la fabrication d’arbalètes, comme les nouvelles Nemesis et Nemesis Carbon , les mécanismes de libération , les flèches , les obus , les moulinets , les têtes et les élastiques . Mais masques, torches, palmes et combinaisons sont aussi dans l’offre produit de Sigalsub.

L’interview de Gerardo Frustaci

Gerardo Frustaci : La façon dont une fille a commencé et abordé la chasse sous-marine est certainement très importante étant donné que les femmes dans ce sport sont encore, malheureusement, peu nombreuses. Comment est née votre passion extraordinaire ?

Tiziana Martinelli : J’ai toujours eu une sensation particulière avec l’eau. Enfant, mes parents nous emmenaient ma sœur et moi dans la mer Adriatique pour de longues vacances d’été. A l’âge de 4 ans, j’ai reçu mes premières palmes et masque en cadeau de mon père. Mes bains étaient interminables et ma curiosité et ma passion pour la mer sont nées là. Mon père pêchait le long des récifs artificiels de Fano (il le fait encore aujourd’hui). J’ai appris de lui les premières notions et ses exploits m’ont amené à être encore plus attiré par la mer.
Ma passion pour la pêche s’est consolidée au cours de la première vacances sur l’île de Giglio avec mon mari, Jacopo Giandominici, en mai 2008. Chaque matin à l’aube, il sortait en mer pour pêcher denté et moi, déjà grand amoureux de la mer et envoûté par les « prédateurs » roses, que régulièrement, il me ramenait pour le petit-déjeuner au lieu du cappuccino et du croissant plus conventionnels. Alors je lui ai demandé de m’emmener avec lui. À partir de ce moment, il m’a appris tout ce qu’il savait, faisant de moi son partenaire de pêche et son partenaire de vie.

  • GF : Tu es toujours souriant, sur chaque photo, la chose est extraordinaire… qu’est-ce qui te met en colère dans la vie et dans la chasse sous-marine ?

Tiziana Martinelli : Je suis une personne positive et ensoleillée, un sourire est pour moi l’expression la plus simple et la plus immédiate pour dire « je suis heureuse », et puis comment ne pas sourire quand on va à la mer? Au contraire, dans la vie de tous les jours, je me mets en colère quand je fais quelque chose de mal ou qu’il y a des injustices. A la pêche, « arracher » un poisson et le perdre …. c’est quelque chose qui me fait perdre mon sang-froid !

GF : Quelles techniques préférez-vous ?

Tiziana Martinelli : à l’indienne et l’aspetto sont mes préférés, même si j’aime être polyvalent en adaptant la technique de pêche en fonction de la zone, des conditions et de la période. Depuis quelque temps, je me consacre à affiner la technique dans la tanière compte tenu de la nécessité de la pratiquer lors de compétitions compétitives.

GF : Où pêchez-vous habituellement et quels sont les endroits que vous aimez et qui vous ont le plus fasciné, en Italie et à l’étranger ?

Tiziana Martinelli : Je pêche habituellement dans les eaux de l’ île de Giglio et Monte dell’Argentario , deux endroits qui m’ont vu naître et grandir en tant que chasseur sous-marin et auxquels je suis particulièrement attaché. Je suis un grand amoureux de la Méditerranée , en particulier de nos côtes italiennes. A l’étranger j’ai eu le plaisir de pêcher dans des mers riches et difficiles en partant de Miami en passant par le Cap Vert, jusqu’aux eaux glacées du Pays de Galles, jusqu’au grand récif corallien australien . C’est ici que nous avons passé un mois à pêcher lors de notre lune de miel avec Jacopo.

GF : Quelle est la capture la plus excitante ? Pouvez vous nous dire?

Tiziana Martinelli : Iles du Cap Vert – Boa Vista Novembre 2015

Les conditions océaniques déconseillent fortement de sortir en bateau, nous décidons donc d’ entrer depuis la terre ferme en allant explorer la zone de l’île diamétralement opposée à celle où nous habitons.
Hier Jacopo a pris un beau Pompano Africain et aujourd’hui c’est mon tour…
A bord du pick-up habituel, nous sommes accompagnés jusqu’à une pointe qui semble faire office de ligne de partage des eaux entre deux versants de l’île qui présente des plages très blanches sur les flancs, la pointe est constituée de rochers sombres bas qui débouchent vers le large.
L’endroit est charmant, il n’y a littéralement personne, nous sommes super privilégiés, tout cela n’est que pour nous.
Il y a cependant un problème à affronter. L’entrée dans l’eau n’est pas facile du tout, d’énormes vagues s’écrasent sur le rivage, des mètres et des mètres de la plage sont soudainement envahis par une écume blanche aveuglante, le « souffle de la mer » est vraiment puissant ici. Nous approchons du rivage, même la hauteur de la vague n’est pas encourageante, cependant, on remarque une certaine régularité dans le mouvement des vagues et il semble qu’il y ait de bonnes chances de pouvoir franchir les très critiques premiers trente mètres du rivage , nageant à toute allure.
Arbalète à la main, masque et tuba très serrés déjà portés, palmes aux pieds, regardant vers l’océan pour une fenêtre qui me donne la confiance nécessaire pour commencer le coup de pied très rapide à l’air libre. Voilà, nous décidons de partir. Tout en battant à fond le ressac qui pousse toujours vers le sol me maintient stable sur spot , puis il s’estompe un peu et je gagne quelques mètres, mais voilà le premier déferlant qui arrive, à sous-marin! Je plonge pour réduire l’impact, ça enlève presque le masque de mon visage, le fond est en roche plate heureusement, je ne touche nulle part, palmes au maximum même en plongeant, je refait surface et gagne quelques mètres de plus, à l’intérieur de moi je pense que le pire est passé, deux autres déferlantes m’ont percuté, mais maintenant leur puissance est gérable en m’immergeant, l’eau est plus profonde, quelques dizaines de secondes plus fatigantes et je sors de la « machine à laver ».
Finissant vers le large, toujours à contrer le courant qui vient de l’est, je veux rester en tête du flux puissant, typique zone de chasse aux carnassiers.
Enfin, nous sommes dans la bonne zone, dès que je reprends mon souffle du long coup de pied, je tente le premier aspetto en me cachant bien derrière les rochers en émettant un cri guttural mais rien, je monte. Nous nous déplaçons encore une centaine de mètres en amont du courant et réessayons. Jacopo descend et une fois sur le fond choisit une niche qui lui permet de rester en hauteur par rapport aux rochers environnants afin que ses vibrations et l’appel se portent loin, la plongée est longue, au loin, trois poissons argentés s’approchent lentement . Je suis super concentrée, je savoure la scène quand je vois Jacopo se tourner vers la surface à la recherche de mon regard qu’il trouve aussitôt et me fait signe de descendre. En attendant, les trois poissons se sont rapprochés, je comprends tout de suite ce qu’il faut faire. Je plonge moi-même rapidement, les poumons à moitié vides et je descends très lentement, les grosses poisson répondent en se rapprochant de ma silhouette qui tombe immobile vers le bas, j’aligne l’arbalète et le coup précis touche le plus gros poisson sur les ouïes et c’est du ski nautique !
Jacopo rigole, se faire traîner sur une dizaine de mètres avec l’eau qui gargouille autour de moi, c’est vraiment marrant ! La fuite est très puissante, je m’accroche au moulinet sans permettre un mètre de plus, conscient du fait que la bataille est un appel fort aux requins. Au bout de quelques secondes, le gros poisson est entre mes mains, je suis très content. Moi et Jacopo nous étreignons satisfaits du travail d’équipe parfait mais nous continuons à regarder autour de nous constamment. Les histoires du gros tigre qui patrouille dans la zone nous poussent à retourner immédiatement à terre, puisque nous sommes à près d’un demi-kilomètre de la côte avec un gros poisson saignant dans les mains.
L’océan ne montre aucun signe d’apaisement et sans aucune hâte nous rentrons chez nous. Le chauffeur de taxi qui nous accompagne dit n’avoir jamais vu cette espèce de poisson aussi grosse. Nous sommes accompagnés jusqu’à la magnifique plage de Santa Monica pour une baignade. Ici les vagues sont un peu plus basses et on joue dans la belle eau. Une fois au village, on prend un filet de viande du gros poisson et on donne le reste au chauffeur de taxi qui l’amènera à l’orphelinat de l’île.

Le lendemain, le script se répète et je capture un autre beau Pompano Africain . « Deux contre un » sera la moquerie que Jacopo prendra volontiers pour le reste des courtes vacances. « 

GF : Quels conseils auriez-vous pour les filles qui souhaitent aborder ce sport et quels conseils aux Fédérations italiennes FIPSAS et International CMAS pour aider les femmes dans ce sport, aussi bien dans la pratique amateur que dans les compétitions ?

Tiziana Martinelli : Je recommande à chaque femme ou fille d’aborder la chasse sous-marine car j’aime la définir comme une discipline à part entière. Les principales caractéristiques sont l’exercice physique pour garder la forme, l’exercice mental, la concentration et la relaxation, la connaissance de soi et de l’environnement qui nous entoure et, enfin et surtout, en chassant sous-marine, vous avez la possibilité de sélectionner le poisson à apporter à la table et partager avec ses proches. Nous devrions dissiper le mythe selon lequel les femmes ne conviennent pas à la prédation et les mettre simplement en position d’essayer !
Un conseil aux Fédérations pourrait être de faire connaître la pratique en encourageant et en formant des équipes, la Fédération italienne par exemple a créé l’équipe féminine en 2021. Organiser également à l’avenir des compétitions indépendantes du secteur masculin.

GF : Après tant d’années à Polosub, vous rejoignez Sigalsub et nous vous souhaitons notre plus grande chance. Que pensez-vous que l’avenir vous réserve avec Sigalsub ?

Tiziana Martinelli: Sigalsub , en plus d’être une entreprise en pleine expansion, qui développe et produit tous les types d’équipements de chasse sous-marine, croit et se concentre fortement sur le monde concurrentiel. Rejoindre l’ équipe Sigalsub est certainement une excellente incitation à donner le meilleur de moi-même. Polosub est devenu une partie de ma famille, avec Giuliano Tagliacozzo (fondateur et propriétaire de Polosub) nous avons une amitié profonde qui va au-delà du travail et de la pêche.

GF : Vous êtes expert et très fort, dites-nous votre vrai « secret » en chasse sous-marine
Tiziana Martinelli : J’adore la pêche au dentè sous-marin et quand je suis dans la technique de l’aspetto et que je vois le poisson s’approcher, je m’aplatis sur le fond en essayant de disparaître et je m’embrouille encore plus dans mon stalking. Tout comme les poulpe, j’essaie d’attirer et de stimuler davantage la territorialité des dentè . … ça marche normalement !
En tout cas, en ce qui me concerne, l’atout est la passion, je laisse libre cours à l’instinct et la détermination fait le reste.

Advertisement