Advertisement

introduction

L’un des plus grands champions internationaux de chasse sous-marine, Gerasimos Kavvadias, a été le champion grec, troisième et cinquième des championnats du monde de chasse sous-marine. Tant de choses à apprendre de lui et de son histoire, alors nous avons décidé de lui poser quelques questions, et comme d’habitude, quelques secrets de chasse sous-marine !

(par Valentina Prokic)

Le départ et les icônes de Gerasimos Kavvadias

Valentina Prokic : Comment et quand as-tu commencé la chasse sous-marine ? Et pourquoi la chasse sous-marine et pas un autre sport ? Aviez-vous une légende idole ou spearo que vous aimiez particulièrement ?

Gerasimos Kavvadias : J’ai commencé à suivre mon père , sans arbalète dans les mains, à l’ âge de 4 ans, en 1986 . Heureusement, sur l’île de Corfou, ces années-là, les pêcheurs sous-marins n’avaient pas à plonger au-delà de 10 mètres pour attraper des poissons et des poulpes, ce qui m’a permis de profiter de toute l’action sous-marine depuis la surface. Mon premier fusil a été acheté deux ans plus tard. Ce fut l’un des plus beaux jours de ma vie.

Je ne peux pas dire que j’ai choisi la chasse sous-marine. Je pense que c’est l’inverse qui s’est produit et que la chasse sous-marine m’a choisi , et d’ailleurs, qu’est-ce que je savais à l’époque ? Enfant , j’aimais tout ce qui incluait l’activité physique . La chasse sous-marine était le seul sport qui m’attirait autant tout le temps. J’ai pratiqué pendant de nombreuses années d’autres sports comme le tennis, le basketball et le football. Je dormais et rêvais de chasser le poisson. Ce qui est inquiétant, c’est que ces rêves se produisent encore de temps en temps !

Je ne peux pas dire que j’ai eu, consciemment du moins, une idole. Mais j’appartiens à la génération des enfants pêcheurs sous-marins qui ont grandi avec ça affiche emblématique de Cressi avec Renzo Mazzari soulevant un gros mérou. Cette image était très accrocheuse pour les yeux et l’imagination d’un jeune enfant et je pense qu’elle a joué son rôle dans mon évolution en tant que spearo. Quand j’étais adolescent, j’admirais beaucoup, et j’admire toujours, un spearo et filmographe grec, Giannis Vlachos , et sa vision de ce qu’est la chasse sous-marine moderne. Il a été l’introducteur de la technique agguato en Grèce à travers ses films.

Les compétitions

VP : Comment et quand as-tu commencé à concourir ? Quels étaient vos objectifs, et sont toujours, en compétition ?

Gerasimos Kavvadias : J’ai commencé la compétition il y a 20 ans et ma première compétition que j’ai prise au sérieux a été le championnat national grec de 2014. J’avais peu d’expérience des compétitions de 2002 à 2011, lorsque j’ai participé à des championnats de clubs locaux, à Thessalonique. Mes objectifs au début étaient simplement de concourir et de m’améliorer. Maintenant, mon seul objectif est d’être premier et je suis déçu quand cela ne se produit pas.

VP : Quels sont vos meilleurs résultats jusqu’à présent ? Domicile et international ?

GK : J’ai remporté le championnat national grec en individuel et par équipe en 2020 et 2015 respectivement et j’ai terminé 3e et 5e aux championnats du monde de 2016 et 2021 respectivement. J’ai également été plusieurs fois deuxième et troisième dans de nombreuses compétitions au cours de ces années.

VP : Êtes-vous satisfait du dernier Mondial en Italie ?

GK : Je suis satisfait de l’effort que j’ai fourni, mais je ne suis pas satisfait du résultat. Je pense que ce qui me reste en tête, au final, c’est le résultat, donc je peux dire que dans l’ensemble je ne suis pas très satisfait. Mais c’est ce que j’ai pu faire durant cette période de ma vie où j’ai en général très peu de temps à consacrer aux compétitions, surtout quand celles-ci ont lieu en période d’ouverture des écoles (je suis professeur de biologie au lycée).

VP : Quels sont vos plans pour les compétitions cette année ?

GK : Je participerai aux nationaux grecs individuels et au championnat euro-africain à Tunis .

VP : Avez-vous une idée de comment changer les règles ou autre chose pour aider à protéger les poissons tout en continuant la chasse sous-marine et les compétitions ? Y a-t-il suffisamment de règles pour protéger le poisson ou c’est trop, ça devrait être moins? Quelles règles existent en Grèce ?
Gérasimos Kavvadias :
Je pense que le problème, et c’est plus ou moins l’avis de la plupart des acteurs de la pêche, n’est pas le manque ou l’inefficacité des règles existantes. Le problème est que ces règles ne sont pas appliquées ou qu’elles sont appliquées de manière inégale à toutes les parties. En général, on peut dire que la pression législative s’exerce sur les groupes de pêcheurs en proportion inverse de l’influence politique qu’ils exercent sur le gouvernement et les décideurs politiques de la pêche, les scientifiques halieutiques et les organisations non gouvernementales. Dans mon pays, je pense que la pêche commerciale doit être plus réglementée, alors qu’ils devraient simplement appliquer les règles existantes sur la pêche récréative. S’il y a lieu de faire quelques ajustements, c’est la manière dont les sanctions sont appliquées, lorsque l’illégalité se produit. Je pense qu’une application graduelle des sanctions à certaines illégalités qui se produisent à plusieurs reprises, avec la dernière étape de cette gradation devrait être l’expulsion permanente de la mer des contrevenants systématiques aux lois sur la pêche , aiderait à la protection de la pêche et des activités de pêche.

Zones préférées, techniques, poissons… et secrets pour attraper le denté

VP : Où habitez-vous et quelle est votre façon préférée de chasser sous-marine, et quels poissons ?

GK : Je vis sur l’île de Crète , dans la ville d’ Héraklion . Ici, les eaux sont généralement claires et chaudes (14-15 o C en hiver), les poissons sont rares et la plongée profonde est nécessaire pour obtenir des prises décentes. Ma façon préférée de pêcher sous-marine est l’agguato profond et l’embuscade statique à poids constant pour les dentés, mérous tacheté et dorés . J’apprécie aussi beaucoup, en hiver, quelques sessions peu profondes pour les mulets et les loupes de mer avec un temps rude sur le rivage.

VP : Avez-vous un moyen spécial/secret/quelque chose de différent des autres harpons que vous utilisez pour attraper un poisson spécifique ou pour le trouver ?

Gerasimos Kavvadias : Je pense que je suis doué pour trouver et attraper le denté . Je pense avoir décrypté beaucoup de signes que la mer me donne pour cette espèce : quand elle viendra à mon embuscade, quand il sera temps de la chasser dans eaux peu profondes ou plus profondes, quand il sera curieux de la les sons que je fais et quand les mêmes sons auront l’effet inverse de celui attendu. Quand et où le courant est favorable, la phase de lune , la thermocline et bien d’autres paramètres qui régissent le comportement de ce poisson emblématique de la chasse sous-marine méditerranéenne.
Quelque chose qui est très important dans la pêche au denté est de préciser dès la descente déjà, le frontière imaginative que le poisson ne passera pas pendant notre aspetto. Nous devons garder à l’esprit que le denté est une espèce bipolaire , qui balance entre sa territorialité et sa prudence. Il est préférable, et peut-être plus sûr car cela raccourcira notre temps de profondeur, de choisissez un spot plus profond à l’intérieur du territoire où les poissons se déplacent . Par exemple, il vaut mieux faire une plongée à 30 mètres d’une durée de 1h55 qu’une plongée à 24 mètres d’une durée de 2h20. Bien sûr, ce n’est que mon approche et personne si cela ne correspond pas à son style de pêche et à son expérience ne devrait le suivre comme un dogme.
Je pense que la pêche au denté concentre ce que j’aime le plus dans la chasse sous-marine, la complexité et la simplicité. Il s’agit d’additionner tous les détails et de découvrir après de nombreuses années de chasse, tout ce dont vous avez besoin pour attraper le denté. C’est juste une question de se réveiller, de regarder par la fenêtre et de sentir simplement si c’est une bonne journée pour le denté . Le mot grec pour cela est aphérèse.

Matériel et temps

VP : Quel est votre équipement préféré ?

GK : J’utilise tout l’équipement produit par XT Diving , des combinaisons aux palmes , plus précisément j’utilise des combinaisons sur mesure à cellules ouvertes lisses, avec certaines caractéristiques particulières pour moi, comme des combinaisons particulières de néoprène pour la cagoule et les manches . J’utilise les palmes longues et larges Pteryx avec des chaussons KM. Les plus petites arbalètes que j’utilise sont de KM dive , de 60cm à 95cm . Le plus gros arbalète que j’utilise est un invert rollerde 120 cm de la société El Greco. J’utilise aussi beaucoup un C4 graphite 99 et un C4 105 Mr Carbon 2.0. Comme électronique, j’utilise le sondeur Furuno et le GPS.

VP : La pêche n’est pas votre métier, alors combien de temps arrivez-vous à consacrer à la chasse sous-marine ?

GK : Je vis de l’enseignement. Je travaille 50 à 60 heures par semaine de septembre à juin. Quand j’étais en Sardaigne pour la préparation du championnat du monde, j’ai dû travailler quelques jours depuis Skype. Je peux dire que je sers deux maîtres ! Ma passion pour la chasse sous-marine et mon appétit de perfection dans mon métier, et parfois je me sens dépassé. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, je trouve un équilibre à travers tout ce gâchis et je continue. J’essaie d’être en mer pendant cette période au moins un jour et demi par semaine, parfois avec des conditions de mer très agitées, mais c’est tout. J’ai accepté tout cela et j’essaie chaque jour d’être dans la meilleure forme et le meilleur état d’esprit pour la chasse sous-marine. En été, lorsque les écoles sont fermées, j’essaie d’être tous les jours à la mer pendant au moins quelques heures. C’est ma routine et qui je suis en général, et je suis reconnaissant que ma femme l’accepte et la soutienne jusqu’au bout !

Advertisement