Advertisement

Championnat euro-africain de chasse sous-marine 2022 en Tunisie

Le championnat euro-africain de chasse sous-marine se tiendra cette année en Tunisie à partir du 7 au 11 septembre. C’est la première fois que Tunisie accueille un événement d’une telle ampleur, après l’événement de l’année dernière. 1° Coupe du monde des clubs en 2018. Une des personnes clés dans l’organisation de l’EAC et de la Fédération tunisienne est Rifaat Bahriqui est aussi un membre de la commission de la chasse sous-marine de la CMAS.

Valentina Prokic : Veuillez vous présenter aux lecteurs d’Apneapassion. Je sais que vous êtes un chasseur sous-marin, capitaine de l’équipe nationale tunisienne et l’une des personnes clés de la fédération tunisienne.

Rifaat Bahri : Je suis professeur de sport, et je travaille à plein temps avec la Fédération Tunisienne de Pêche Sportive depuis 2005 en tant que directeur technique. J’ai pratiqué plusieurs sports en club et à l’université : handball, football, tennis de table, gymnastique, natation, et bien sûr la chasse sous-marine, qui a été et reste mon premier hobby.

Vale Prokic : Comment avez-vous commencé la chasse sous-marine au début ?

RB : C’était au début des années 70 avec mon père. Il a été l’un des premiers pêcheurs sous-marins de ma ville natale, Hammamet , et c’est grâce à lui que j’ai découvert le fascinant monde subaquatique de la Méditerranée. Il y avait encore beaucoup de poissons à 5-10 mètres de profondeur. Pour ma réussite en dernière année d’école primaire, mon père m’a acheté mon premier arbalete. C’était un 60 cm avec un harpon trident et j’ai attrapé mon premier « énorme » bar (750gr) avec. C’était un grand événement. J’avais 10 ans. L’activité de chasse sous-marine n’était pas encore réglementée par la loi tunisienne à l’époque.

Vale Prokic : Avez-vous eu de bons résultats au niveau national/international ?

Rifaat Bahri : En tant qu’athlète, je n’ai pas eu la chance de participer à un championnat CMAS. La Fédération tunisienne de la pêche sportive a été créée en 2006, mais nous n’avons pas pu intégrer la CMAS avant 2015. Pendant ces 9 années, nous avons construit une équipe nationale et nous avons réussi à participer à quelques tournois internationaux ouverts auxquels j’ai pris part en tant qu’athlète et entraîneur :

  • Championnat du monde FIPSA (Brasil 2006) → individuel : 19, par équipe : 5
  • Trident de Neptune (Tunisie 2006) → individuel : 6, par équipe : 1er
  • Ligue des champions (Grèce 2008) → équipe 15

Au niveau national, je n’ai pas pu participer aux compétitions nationales en raison de ma position. J’étais le directeur technique de la fédération et l’organisateur du championnat depuis ses débuts en 2006. Mais j’ai gagné un tournoi ouvert (Bizerte 2008).

Vale Prokic : Quand avez-vous arrêté la compétition et commencé au sein de la fédération ?

Je faisais partie du groupe de personnes qui ont créé la fédération en 2005 et j’ai pris mes fonctions de directeur technique dès sa création. En raison de ma fonction au sein de la fédération, je n’ai pas pu participer aux compétitions nationales. J’ai cependant été un athlète de l’équipe nationale jusqu’en 2008, puis le capitaine.

Vale Prokic : Tunis organise le championnat euro-africain cette année. Il s’agit du deuxième grand événement international de chasse sous-marine en Tunisie. À quoi peuvent s’attendre les équipes à Bizerte, dans et hors de l’eau ?

RB: Concernant la compétition, je pense que la plupart des équipes (si ce n’est toutes) vont profiter de la chasse sous-marine à Bizerte. Vous avez été avec nous à l’occasion du Coupe du monde CMAS pour les clubs que nous avons organisé en 2018 et vous avez vu les la quantité et la qualité des captures. Il y a du poisson pour tous les niveauxMême pour les équipes féminines qui sont censées aller moins loin que les hommes en chasse sous-marine. Une prise honorable peut être faite dans 15-25 mètres de profondeur.
Hors compétition, Bizerte offre toutes les commodités, hôtels, restaurants (nourriture traditionnelle et moderne), des excursions touristiques peuvent être organisées pour les non-compétiteurs, et les participants peuvent faire une immersion dans le centre-ville ou dans la vieille ville pour découvrir l’hospitalité des gens et la vie locale qui s’organise autour de la pêche.

Vale Prokic : Vous avez également organisé des événements de pêche (angling), ces sports sont-ils si populaires à Tunis ?

RB: Oui. Lors de la création de la Fédération, nous avons décidé de rassembler tous les types de pêche sportive et les disciplines connexes. Outre la chasse sous-marine, nous organisons des compétitions d’apnée, de tir à la cible, de pêche à la ligne sur le rivage, de pêche en bateau et de lancer de poids de mer.

Nous avons organisé en décembre dernier (2021) à Hammamet le championnat du monde FIPSM de pêche à la ligne côtière pour les masters que nous avons remporté (nous sommes champions du monde par équipe et en individuel). Nous organisons cette année en novembre le championnat du monde FIPSM de pêche à la ligne côtière pour les seniors et les dames que nous espérons gagner. Comme nous disposons de près de 1400 km de côtes, principalement sableuses, la pêche à la ligne est très populaire et peut être considérée comme un passe-temps national.

Vale Prokic : Combien d’athlètes de chasse sous-marine avez-vous à Tunis ?

RB: Nous délivrons en moyenne 450 permis de chasse sous-marine par an, mais bien sûr, tous ne participent pas aux compétitions nationales. Nous considérons qu’en Tunisie il y a plus de 3000 personnes qui pratiquent la chasse sous-marine comme un hobby avec des fréquences différentes et seulement 15% sont affiliés à des clubs.

Vale Prokic : De quoi avez-vous besoin pour pratiquer la pêche au harpon à Tunis ?

RB: Pour pratiquer la chasse sous-marine en Tunisie, il faut une autorisation. Vous pouvez l’obtenir auprès de la commission régionale de l’agriculture. Vous devez également contracter une assurance par vous-même, ou vous pouvez demander une licence à la fédération. Ceci est considéré comme une autorisation avec l’assurance incluse.

Vale Prokic : Quelle est la situation du poisson ? Existe-t-il des lois spéciales concernant les prises, les licences, les zones et le temps pour la chasse sous-marine ?

En Tunisie, on constate une régression du cheptel piscicole comme dans tous les pays du monde en raison de la pêche industrielle et de l’évolution de la pêche récréative. Les pêcheurs au harpon doivent aller plus profond chaque année pour attraper le poisson qui a été pris à plus faible profondeur il y a quelques années. Mais cette régression n’est pas aussi importante que sur les côtes européennes car nous avons une pression de pêche plus faible.

Vale Prokic : Comment se déroule l’organisation du championnat euro-africain ? Je sais que c’est un gros travail.

RB: Oui, c’est vraiment un gros travail. L’équipe d’organisation prend le travail très au sérieux. Nous voulons faire mieux que lors de la Coupe du monde des clubs en 2018, et offrir un haut niveau d’organisation. Pour l’instant, nous travaillons sur la contribution de certains secteurs connexes du gouvernement. Le grand défi est celui des bateaux, il faut réitérer la même performance de 2018, qui consiste à rassembler plus de 70 bateaux de 30 à 150 chevaux.

Vale Prokic : La communauté de la chasse sous-marine est-elle heureuse et excitée par cet événement ?

RB: Oh oui. C’est le plus grand événement de chasse sous-marine jamais organisé en Tunisie. Toute la communauté des chasseurs sous-marins tunisiens souhaite voir son équipe nationale s’illustrer à domicile. C’est un autre grand défi pour nous. C’est l’occasion pour la communauté tunisienne de rencontrer et de voir en direct les stars de la chasse sous-marine qu’ils voient habituellement sur youtube. S’ils ont de la chance, ils pourront parler et échanger des idées avec eux. Vous savez, un tel événement peut dynamiser l’activité dans notre pays et contribuer à améliorer l’image de la chasse sous-marine.

Vale Prokic : Votre équipe nationale est déjà choisie ? Se préparent-ils à la compétition ?

Rifaat Bahri : Notre équipe nationale définitive n’est pas encore définie. Les membres de l’équipe élargie se préparent dans leurs clubs pour le moment. Nous avons une phase de sélection dans quelques semaines pour choisir 4 athlètes, et après cela, nous commençons l’entraînement spécial pour la compétition.

Vale Prokic : Qui est, selon vous, l’athlète le plus fort de Tunis ? Et sera-t-il en compétition et entre les favoris ?

RB: Nous avons beaucoup d’athlètes forts à un très haut niveau comme Hamza Khadhraoui, Hatem Abdallah, Aymen Ben Salem, Khitem Ennaceur, et quelques autres qui sont à l’aise et efficaces en grande profondeur comme en petite profondeur. Le plus expérimenté reste Sami Belhaj Saad, qui est le leader de l’équipe et a participé à toutes les compétitions CMAS auxquelles notre équipe nationale a pris part depuis 2015. Il s’est classé 8e lors du championnat du monde le plus profond jamais organisé en Grèce, à Syros, en 2016. Il doit cependant réussir la prochaine étape de sélection parmi d’autres qui se battent pour une place dans l’équipe et qui sont pour la plupart plus jeunes que lui.
En ce qui concerne les favoris de la compétition, à mon avis, il y a bien sûr les traditionnels italiens et espagnols, à un degré moindre il y aura les grecs, les croates et sûrement les chypriotes. En ce qui concerne les Tunisiens, certains considéreront notre équipe comme favorite, d’autres comme outsider. Je peux cependant vous assurer que nous serons à Bizerte pour gagner la compétition et pour prouver d’abord à nous-mêmes et ensuite au reste de la communauté de la chasse sous-marine que la Tunisie est un grand pays de chasse sous-marine. Tu sais, De nombreux pays ont le potentiel pour monter sur le podium, mais ce qui fait la différence, ce sont généralement les moyens. Le moyen d’amener 5, 6 ou plus d’athlètes supplémentaires pour aider au repérage et de venir sur spot assez tôt, comme 2 ou 3 semaines ou plus avant la compétition pour l’adaptation et le repérage. Cette année, nous avons cet avantage et nous pensons que c’est notre tour.

Règlement particulier du 33ème Championnat Euro-Africain de Pêche sous-marine CMAS hommes et 2èmes femmes

Advertisement